Le triton crêté

LE TRITON CRETE.

Le triton crêté est un des deux plus grands tritons européens. Ce cousin éloigné des grenouilles et des crapauds, semblable au lézard, retourne à l'eau pour perpétuer son espèce. Le triton crêté appartient à une classe ancienne de vertébrés, celle des amphibiens. Ils ont besoin d'humidité et ne s'éloignent guère de l'eau. Le triton crêté doit son nom à la crête dorsale que le mâle déploie lors des préludes nuptiaux.

 

Moeurs :

On peut considérer que le triton crêté ressemble à une grenouille allongée munie d'une queue. De même que la grenouille, c'est un amphibien, ce qui signifie que les animaux de cette classe mènent une existence tantôt terrestre tantôt aquatique. La peau doit demeurer humide. Sur terre, le triton demeure caché le jour durant ; il sort la nuit chasser dans l'herbe humide. Du printemps à l'automne, il gagne l'eau, pour s'y reproduire. Tant que sa température est élevée, le triton demeure actif ; durant l'été, l'eau lui communique sa chaleur. Quand la température baisse, l'activité comme le métabolisme décroissent, le triton économisant son énergie ; il hiberne durant la saison froide.

 

Alimentation :

Le triton crêté, peu agile, se nourrit d'à peu près tout ce qu'il peut avaler. A terre, ses proies comprennent des vers, des insectes, des mollusques ; dans l'eau, il mange également des crustacés, le frai des grenouilles et des têtards. Au sol, il repère ses victimes à la vue, détectant un mouvement même infime. Dans l'eau, l'odorat est également mis à contribution, ainsi qu'un système sensoriel complexe, comprenant sur la tête et les flancs des cellules sensibles à la pression, qui détectent les vibrations. Tout en avancant, le triton flaire avec application, avant de lancer sa langue visqueuse pour saisir sa proie. Les dents du triton, pointes minuscules, ne lui servent pas à mastiquer : leur rôle consiste simplement à maintenir la proie saisie.

 

Reproduction :

Les tritons reviennent régulièrement au même étang pour s'y reproduire. Le mâle est prêt au début du printemps, lorsque se développe la haute crête dorsale caractéristique de l'espèce. Cette crête joue un rôle important lors des parades nuptiales. L'accouplement des tritons est singulier. Le mâle n'introduit pas directement ses spermatozoïdes dans les voies génitales de la femelle, mais les dépose sur le fond de la mare, agglutinés en un amas nommé spermatophore. La femelle vient s'en saisir, et le spermatophore adhère alors aux lèvres de son orifice cloacal. Les spermatozoïdes gagnent ensuite une spermathèque interne. Les ovules sont fécondés, et la femelle enveloppe un à un les oeufs dans les feuilles des plantes aquatiques. Les larves éclosent au bout de 3 semaines ; translucides, elles sont munies d'importantes branchies plumeuses qui absorbe l'oxygène dissous. Elles se nourrissent d'animalcules ; si leur croissance est lente, la plupart d'entre elle auront néanmoins acquis une morphologie d'adulte à la fin de l'été.

Hibernation :

Comme les autres vertébrés dits <<à sang froid>>, le triton a en fait une température variable, dépendant étroitement de celle du milieu ambiant. En hiver, il doit donc cesser toute activité, seules les fonctions vitales demeurant efficientes. Il entre alors en léthargie. Certains tritons crêtés hibernent sous l'eau, ou vont s'abriter dans une fissure humide. il arrive parfois que plusieurs tritons se rassemblent et s'agglutinent en boule, réduisant ainsi leur perte d'énergie et leur déshydratation.

Protection :

Le triton crêté, comme les autres batraciens, régresse un peu partout par suite des prélèvements et des destructions de son habitat. Cette espèce est protégée dans notre pays comme dans la majeure partie de son aire de répartition.

 

Répartition :

L'aire de répartition de ce triton s'étend à travers l'Europe centrale et septentrionale, de la France, des îles Britanniques et de la Scandinavie à l'Oural, du niveau de la mer à 2000 mètres d'altitudes.

 

DIMENSIONS REPRODUCTION MODE DE VIE ESPECES PROCHES
Longueur : femelle, 16 à 18cm, dont 7cm pour la queue ; mâle plus petit. Maturité sexuelle : vers 3-4 ans. Moeurs : solitaire ; se regroupe parfois pour l'hibernation. Le genre Triturus comprend 10 espèces, dont 5 en France.
  Accouplements : début du printemps. Régime : insectes, vers, limaces, escargots, têtards.  
  Oeufs : 200 à 300 déposés un par un sur des plantes aquatiques. Longévité : 10 ans en moyenne.  
  Larves : aquautiques ; sans memebres à la naissance, avec branchies externes.    

 

 

Revenir à Reptiles et amphibiens

 

Date de dernière mise à jour : 30/05/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×