Le crapaud commun

LE CRAPAUD COMMUN. 

Crapaud commun de biais, assis sur une plante

Le crapaud commun, de par sa physionomie ingrate, inspire souvent le dégoût ; pourtant, cet animal est tout à fait pacifique, normalement innoffensif, et se montre un excellent auxiliaire du jardinier. Les glandes qui entourent les verrues du crapaud sécrètent un venin suffisamment toxique pour tuer un chat ou un chien. Elles agissent en paralysant l'animal, mais souvent l'odeur de la sécrétion suffit à repousser l'intrus. D'autres prédateurs, comme la couleuvre, le hibou ou le corbeau, ne sont pas incommodés. 

 

Moeurs : 

Solitaire en été, le crapaud peut se retrouver en groupe pour passer l'hiver. Durant la saison froide, il ne s'endort pas complètement, mais cesse de se nourrir et vit sur ses réserves de graisse. Il ne s'alimentera à nouveau qu'au printemps suivant. S'il se sent menacé, le crapaud peut produire deux types de venin à partir de glandes cutanées. L'un est un liquide incolore, à odeur de champignon et de vanille, qui suinte sur son dos et son ventre et agit en provoquant un engourdissement. L'autre est blanc et épais ; moins abondant, il n'est produit qu'en cas de danger sérieux. Le crapaud est agile et a un bon sens de l'orientation ; il franchit les murs et grillages, et fait des bonds d'une quinzaine de centimètres. 

Bien qu'il se reproduise dans l'eau le crapaud passe le plus clair de son temps sur terre, dans les bois, les prés, les jardins ou même dans les serres. Principalement nocturne, il se choisit un repaire bien sombre, comme un arbre creux, un tas de pierres, des racines ou un trou dans le sol. En octobre, il recherche un abri plus profond pour hiberner, pouvant creuser jusqu'à 45 cm de profondeur, à l'aide de ses pattes postérieures, dans un sol meuble ou un tas de fumier. Au début février, il gagne un étang pour se reproduire, avant de poursuivre son existence solitaire durant les mois d'été. 

Crapaud commun gonflé

Chasse et alimentation : 

Le crapaud commun adulte est carnivore : il capture des araignées, fourmis, limaces, lombrics, chenilles, abeilles, scarabées, tritons, petites grenouilles et lézards. Il ne semble craindre aucun venin, que ce soit celui des abeilles ou des autres batraciens. Chassant surtout de nuit, il se déplace alors lentement. Le reste du temps, il s'assied et attend ; bien qu'il nage correctement et marche rapidement, il est généralement sédentaire.

C'est par un mécanisme réflexe que sa langue est projetée en précense d'une victime potentielle. Le langue visqueuse sort à une vitesse incroyable, englue la proie et la ramène à sa bouche en une fraction de seconde. Comme il n'a ni dents ni salive, il écrase sa victime contre son palais, puis l'avale, s'aidant en rétractant ses yeux dans leurs orbites. Les crapauds peuvent se disputer une même proie. Ils se bousculent mais se batent rarement ; en revanche, ils n'hésitent pas à avaler leurs propres jeunes. 

Crapaud commun mangeant un lombric

 

Reproduction : 

Sortant d'hibernation, le crapaud se dirige vers l'étang qui l'a vu naître. Le mâle arrive deux semaines avant la femelle, et l'attire par des appels. Arrivée à l'étang, celle-ci est agrippée par le mâle qui l'enserre autour de la poitrine,  la maintenant fermement grâce aux pelotes nuptiales de ses pouces. Pendant plusieurs jours, des rivaux tentent de le déloger et sont repoussés à coups de pattes et de petits cris. La femelle évaue dans l'eau un double chapelet gélatineux d'ovules, que le mâle féconde aussitôt. La ponte demande de 10 à 28 heures ; les parents ne prêtent aucune attention à leur future progéniture. 

Dans les trois semaines qui suivent, la larve sans yeux devient un tétârd muni d'une longue queue, d'yeux, d'une bouche charnue, de cinq rangées de dents. Il respire à l'aide de branchies et est essentiellement végétarien. Les quatres membres se développent peu à peu et la queue régresse, les dents tombent, les ouïes se ferment : la larve à l'aspect de poisson est devenue un crapaud miniature, capable de respirer par ses poumons, de ramper, de marcher et de nager. 

Deux crapauds commun, accouplement

 

Proctection : 

Le crapaud commun est encore largement répandu mais, comme les autres animaux aquatiques et semi-aquatiques, il est menacé par la pollution industrielle et l'urbanisation des zones rurales. 

Répartition : 

Le crapaud commun se rencontre dans la majeure partie de l'Europe (à l'exception de l'Irlande et des îles de la Méditérranée occidentale), ainsi que dans le Maghreb, et en Asie, jusqu'au Japon. 

Crapaud commun de face, tête sortie de l'eau

DIMENSIONS

REPRODUCTION

MODE DE VIE

ESPECES PROCHES

Longueur : mâle, 7 cm : femelle, 13 cm.

Maturité sexuelle : mâle, vers 4-5 ans ; femelle, vers 3-4 ans.

Mœurs : animal généralement solitaire.

La famille des bufonidés comprend plus de 100 espèces ; outre le crapaud commun, on rencontre en France le crapaud calamite, Bufo calamita, et le crapaud vert, Bufo viridis.

Poids : mâle, 10-50 g ; femelle, 20-120 g.

Accouplements : de février à avril.

Alimentation : insectes et autres invertébrés.

 

 

Nombre d’œufs : de 3 000 à 12 000 (2 à 3 larves parviennent à l’âge adulte).

Cris : le mâle émet un cri rapide et aigu en cas de danger et un coassement plus long et plus lent à la saison des amours.

 

 

Vie larvaire : 12 semaines environ.

 

 

 

===> Aller à Les reptiles et amphibiens

 

Réf. 38

Date de dernière mise à jour : 23/09/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×