Le rouge-gorge familier

LE ROUGE-GORGE FAMILIER.

 Rouge-gorge perché sur nid, surveille oisillons

Le rouge-gorge est l'un des petits oiseaux les plus populaires. Toutefois, si ceux qui vivent près de l'homme se montrent confiants, ceux qui habitent les bois ont un caractère farouche. Malgré son air sympathique et oeil doux, le rouge-gorge est un passereau agressif qui ne tolère aucun autre représentant de son espèce sur le territoire qu'il a adopté. Les intrus en sont aussitôt chassés.

Habitat :

Le rouge-gorge est à l'origine un oiseau des zones boisées où il niche à terre parmi la végétation touffue. C'est la qu'on le rencontre sur la plus grande partie de son aire de répartition. Toutefois, dans certains pays d'Europe occidentale comme la France ou la Grande-Bretagne, il a su s'adapter à la campagne coupée de haie et même aux parcs et jardins, y compris au coeur des villes. Ailleurs en Europe, ainsi qu'en Asie, le rouge-gorge est davantage resté à l'écart de l'homme d'autant qu'il est souvent capturé comme petit gibier, parfois illégalement.

Rouge-gorge perché sur barrière en bois 

 

Alimentation :

Le rouge-gorge se nourrit dans les campagnes ouvertes et dans les sous-bois. Son régime alimentaire est surtout composé des invertébrés vivant par terre (insectes, escargots, vers, araignées). De l'automne au début du printemps, il consomme aussi beaucoup de baies et autres petits fruits. Sa technique de chasse est bien adaptée au mélange de végétation épaisse et d'espaces libres que l'on trouve dans les jardins et les sous-bois. Perché à faible hauteur, l'oiseau observe les environs, descend, saisit sa proie et se perche à nouveau. Ou bien il sautille, s'arrêtant ici et là pour chercher une victime. En forêt, le rouge-gorge profite des insectes dérangés par les faisans, cerfs et sangliers. C'est peut-être pour cela qu'il est si familier et qu'il suit de façon très intéressée la bêche du jardinier. On a vu aussi des rouges-gorges suivre des taupes creusant leurs galeries et attraper des vers.

 Rouge-gorge posé sur souche, ailes ouvertes

 

Reproduction :

En s'égosillant à partir de postes de chant bien en vue, le rouge-gorge marque les limites de son territoire. Son chant est pour cette raison plus intense au printemps, lorsqu'il délimite son domaine et essaie d'y attirer une femelle. Quand une partenaire est consentante, le mâle scelle les liens avec elle par une parade au cours de laquelle il lui offre de la nourriture. Elle accepte ces becquées en vibrant des ailes entrouvertes, comme un jeune oiseau. La femelle bâtit le nid, encouragée par la douceur printanière. Elle dissimule au ras du sol, dans le fouillis de la végétation. La coupe est faite de feuilles, puis tapissée de tiges, de radicelles et de poils ou de cheveux. Dans les jardins, près des maisons, le rouge-gorge installe souvent son nid sur un rebord, dans une grange ou un abri de jardin. On peut aussi lui proposer des nichoirs à très large ouverture, bien situés et protégés.

L'accouplement, a surtout lieu entre avril et juin, mais des tentatives peuvent avoir lieu dès janvier. Après la ponte, la femelle couve durant onze à quatorze jours. Bien aplatie sur le nid, elle ne montre que son dos brun et demeure ainsi parfaitement cachée. Pendant l'incubation, le mâle la ravitaille, parfois trois fois par heure. Les deux adultes nourrissent ensuite les jeunes durant environ trois semaines. A la fin de cette période, les jeunes rouges-gorges savent voler et sont bientôt indépendants. A condition de franchir le cap des premières semaines, ils pourront délimiter leur propre territoire avant l'hiver. Les rouges-gorges qui nichent tôt peuvent élever une deuxième, voire une troisième nichée. Il n'est pas rare que la femelle couve à nouveau alors que le mâle s'occupe encore des jeunes de la nichée précédente.

 Rouge gorge au nid, nourrit oisillons

 

Le chant :

Tous les oiseaux chantent avant tout pour défendre un territoire et séduire une femelle. Les rouges-gorges produisent leur chant le plus vigoureux et le plus soutenu au début du printemps pour trouver une partenaire. Les chants matinaux sont plutôt associés à la défense du territoire. Contrairement à la plupart des passereaux, les rouges-gorges chantent pratiquement tout au long de l'année. Ils ne se taisent qu'en été, lorsqu'ils sont occupés par la mue. En fin d'été et en automne, jeunes et adultes des deux sexes émettent un chant plus calme, aux sonorités mélancoliques, destiné à marquer le territoire hivernal. Les mâles peuvent produire leur chant <<printanier>> dès décembre et certains chantent même la nuit, surtout à proximité d'une source lumineuse artificielle. On les confond alors parfois avec le rossignol.

 Rouge-gorge perché sur brindille sapin, chante

 

Observation :

Pour bien voir un rouge-gorge, rien de plus simple. Il suffit de bêcher un lopin de terre. Les chances sont grandes de voir aussitôt apparaître l'oiseau à plastron orange. Posé à proximité, il guette d'un oeil vif les petites proies délogées par l'outil. Les jardins plaisent aux rouges-gorges; ils y fréquentent aussi bien les pelouses sur les massifs d'arbustes. En hiver, une mangeoire bien garnie de vers de farine ou de graisse peut les aider à surmonter les intempéries. Il faut toutefois prendre toutes les précautions voulues pour éviter de fâcheux accidents dus aux chats. On peut aussi offrir des nichoirs originaux en abandonnant au pied d'une haie un vieil arrosoir ou un pot de fleur couché dont on aura largement agrandi le trou de drainage.

 

Répartition :

Dans toute l'Europe, sauf au nord de la Scandinavie. Présent aux Açores, aux Canaries et çà et là en Afrique du Nord. A l'est, atteint la Russie centrale, la Turquie et l'Iran.

 Deux rouges-gorges posé sur souche

DIMENSIONS

REPRODUTION

MODE DE VIE

ESPECES PROCHES

Longueur : 14 cm.

Maturité sexuelle : A 1 an.

Mœurs : Vie en couple (ne dure qu’une saison).

Les deux seuls vrais cousins du rouge-gorge vivent au Japon : Le rouge-gorge du Japon et le rouge-gorge komadori, des îles Ryou Kyou.

Envergure : 26 cm.

Saison : D’avril à juin.

Régime : Insectes, vers, baies et graines.

 

Poids : 19,5 g.

Nombre de pontes : 2 ou 3.

Longévité : 15 ans.

 

 

Œufs : 5 à 7 par ponte.

 

 

 

Incubation : 13 ou 14 jours.

 

 

 

Envol : Vers 12-15 jours.

 

 

 

==> Revenir à Les turdidés

===> Aller à Les oiseaux 

 

Date de dernière mise à jour : 08/07/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×