La buse variable

LA BUSE VARIABLE.

 Buse variable perché sur un arbre

La buse variable est l'un des rapaces européens les mieux représentés. Son succès s'explique par ses facultés d'adaptation à des habitats en évolution et aux ressources alimentaires. La buse variable aime chasser en terrain découvert, bien qu'elle niche dans les zones boisées. Elle a recours à différentes stratégies pour la chasse d'espèces diverses et, en vol, rappelle un aigle en réduction.

 

Moeurs :

La buse variable, excellent planeur, peut passer des heures à décrire des orbes à la recherche de ses proies, pour le simple plaisir de voler ou pour surveiller son territoire. En vol <<à voile>>, les ailes sont légèrement remontées en un <<V>> aplati, les rémiges primaires (au bout des ailes) sont nettement écartées, comme des doigts, et la queue est largement étalée. Ceci permet à la buse de profiter au mieux des courant ascendants issus du sol. Le vol <<à voile>> est surtout pratiqué au printemps et en été, lorsque la chaleur solaire entraîne la formation de puissants courants thermiques. En vol glissé, la buse tient les ailes à plat ou à peine relevées, et en ramène le bout vers l'arrière. Entre les glissades ou au décollage, les battements d'ailes sont peu profonds et plutôt raides.

 Buse variable, portrait tête

 

Alimentation et chasse :

Bien que ressemblant à un petit aigle, la buse s'attaque rarement à de grosses proies. Ce prédateur peu difficile capture surtout des petits mammifères : rats, souris et surtout campagnols. La buse prend aussi des oiseaux jeunes, blessés ou épuisés, des lézards, des serpents, des batraciens, de gros insectes, des lombrics et même des charognes. En fait, la buse sait s'adapter aux disponibilités locales.

Pour assurer son ravitaillement, la buse a recours à des techniques variées.  Elle use du vol <<à voile>> pour patrouiller au-dessus de vastes secteurs, son oeil perçant guettant le moindre mouvement susceptible de trahir une proie au sol. Elle sait se maintenir sur place face au vent, en jouant des ailes et de la queue. Elle peut aussi patrouiller méthodiquement à faible hauteur au-dessus du même secteur. Très souvent, la buse se contente de passer de longs moments sur un perchoir - arbre ou poteau. Dès qu'une proie est repérée, elle se laisse tomber à terre, ailes à demi fermées. Enfin, elle peut arpenter le sol, technique qu'elle utilise surtout lorsqu'elle recherche des vers et des insectes.

 Buse variable devant proie morte, neige

 

Reproduction :

La taille du territoire de la buse varie en général de 0,5 à 1,5 km². Le mâle défend ce domaine à la fin de l'hiver et au début du printemps, puis lorsque les oeufs sont pondus ; en été, quand les jeunes sont nourris au nid, enfin à l'automne lorsqu'ils se sont dispersés. La parade comprend de spectaculaires évolutions aériennes. Le couple décrit de larges cercles tout en poussant de longs miaulements typiques. Parfois, la mâle s'élève puis pique sur la femelle, qui se retourne en lui présentant les serres. En plus de ces simulacres d'attaques, le mâle peut apporter des proies à sa partenaire. Peu après, le couple, en général uni pour la vie, commence l'édification du nid. Il est d'habitude situé dans l'enfourchure d'un grand arbre, mais peut aussi être placé à flanc de falaise. C'est une grosse construction, parfois d'un mètre de diamètre, constituée de branches, de rameaux et de matériaux disponibles localement, comme de la bruyère. La coupe est tapissée de feuillages frais, avant ou pendant la ponte. Un nouveau nid peut être construit chaque année, mais l'ancien est parfois réutilisé.

La femelle assure l'essentiel de l'incubation et s'occupe des poussins au duvet blanc, parfois aidée par le mâle. Elle réchauffe ses poussins durant 2 semaines. Pendant cette période, le mâle apporte au nid de la nourriture dont la femelle consomme une partie, le reste étant réservé aux jeunes. Bientôt, les deux adultes doivent chasser pour parvenir à rassasier la nichée. Les poussins ne sont pas capables de se nourrir seuls avant l'âge de 4 semaines. Les jeunes quittent le nid à 7 ou 8 semaines, mais ils demeurent encore auprès des adultes 6 à 8 semaines pour apprendre à chasser. Les buses immatures mènent une vie d'errance jusqu'à ce qu'elles soient assez âgées pour occuper un territoire.

 Buse variable et oisillon au nid

 

Le saviez-vous?

Lors d'une dispute avec une congénère pour une proie fraîchement tuée, la buse adopte souvent une série d'attitudes pour éviter un combat toujours dangeureux. Parmi celles-çi, on a pu observer la posture dite <<de l'ange>>, ailes ouvertes vers l'arrière, ou des attitudes de soumission, l'oiseau vaincu se couchant sur le côté, immobile, une aile levée.

 

Répartition :

Dans presque toute l'Europe et le nord de l'Asie, depuis l'Espagne jusqu'au Japon. Egalement présente aux Canaries. Population isolée au Tibet et en Chine.

Protection :

Autrefois persécutée, la buse variable bénéficie à présent d'une protection légale. En dépit de celle-ci, des destructions ont encore lieu ça et la. Localement, les effectifs diminuent.

 Buse variable en vol, plane

 

DIMENSIONS

REPRODUCTION

MODE DE VIE

ESPECES PROCHES

Longueur : 51-56 cm.

Maturité sexuelle : Vers 2-3 ans.

Mœurs : Solitaire ou par couples ; chasse isolément.

Il existe 24 espèces de buse à travers le monde.

Envergure : 113-128 cm.

Accouplements : Fin mars à début juillet.

Régime : Petits mammifères, reptiles, batraciens, gros insectes, vers et oiseaux.

 

Poids : 0,5-1,35 kg.

Ponte : 1 par an.

Longévité : 6 à 8 ans.

 

 

Œufs : 2 à 4 ; blanc ou blanc taché de brun.

 

 

 

Incubation : 33-38 jours.

 

 

 

Envol des jeunes : Entre 50 et 55 jours.

 

 

 

=> Voir Le milan royal

==> Revenir à Les accipitridés

===> Aller à Les oiseaux

 

Date de dernière mise à jour : 08/07/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×