Le pronghorn

LE PRONGHORN.

Pronghorn portrait

Capable de distancer un cheval à la course, le pronghorn est le mammifère terrestre le plus rapide du continent américain. Son nom signifie, en anglais, <<corne fourchue>>. Herbivore caractéristique des grandes prairies d'Amérique du Nord, le pronghorn semble issu d'un croisement entre une antilope et une chèvre. C'est ce qui vaut la domination d'antilocapridés à sa famille, dont il représente le seul genre et la seule espèce.

 

Moeurs :

Le pronghorn fréquente les plaines herbeuses et les zones semi-arides d'Amérique du Nord, depuis le Canada jusqu'au nord du Mexique. Il se déplace constamment, de nuit comme de jour, pour brouter tout ce qu'il trouve sur son vaste territoire. Mais il est surtout actif durant les heures qui précèdent le lever du soleil ou qui suivent son coucher. Toujours en alerte, sa remarquable acuité visuelle lui permet de distinguer un mouvement à plusieurs kilomètres de distance, alors qu'il lui arrive de ne pas remarquer la précense d'un prédateur tapi à quelques mètres de lui. Sa meilleure défense est sa rapidité à la course : en terrain favorable, il peut galoper à près de 50km/heure. Les deux sexes portent des cornes qui tombent chaque année. Mais seules celles du mâle ont l'aspect fourchu et recourbé en arrière qui caractérise cette espèce.

Pronghorn observe 

 

Alimentation :

En dehors de la période de reproduction, les pronghorns vivent en hardes nombreuses pouvant compter plusieurs centaines d'individus. Ils se déplacent constamment à la recherche d'une nourriture variant selon les régions et les saisons : plantes herbacées du type armoises, graminées, végétation buissonneuse, et même des cactus. Leurs dents sont à croissance continue, ce qui compense l'usure due à la constante mastication de végétaux durs.

Herbes et graminées sont surtout abondantes au printemps et en été, alors qu'en hiver les pronghorns doivent souvent se contenter de lichens. Quand une épaisse couche de neige recouvre le sol, ils la fouillent de leurs sabots pour dégager les plantes. Dans les zones arides, le pronghorn supporte bien la soif, l'humidité des végétaux qu'il mange suffisant alors à satisfaire ses besoins en eau. Mais quand il en l'occasion, il peut boire des quantités d'eau considérables.

 Pronghorn broute

 

Reproduction :

Au printemps, les hardes commencent à se disperser en groupes qui se déterminent en fonction de l'âge et du sexe. Les mâles de plus de 3 ans se délimitent des territoires qui peuvent s'étendre sur plus de 4km² et qui sont généralement bien pourvus en nourriture et en eau. Les vieux mâles occupent souvent le même territoire d'une année sur l'autre. Chaque mâle marque son territoire par des dépôts d'urine, d'excréments, et par des sécrétions odorantes produites par des glandes situées derrière les oreilles. Puis il réunit 6 à 15 femelles et s'efforce de les protéger en éloignant les rivaux. La confrontation entre deux mâles commence par des échanges de regards. Si aucun des deux rivaux ne se laisse intimider, celui qui défend son territoire peut charger l'intrus. L'animal le plus faible finit généralement par céder la place. Mais dans le cas de mâles de force égale, l'affrontement est souvent sanglant.

Durant toute la prériode de reproduction, les petites hardes de femelles vagabondent sur plusieurs territoires de mâles dominants. En effet, en dépit des efforts que ceux-ci déploient pour les retenir, rares sont les femelles qui séjournent longtemps sur un même territoire. Un peu plus de 8 mois après les accouplements, les femelles pleines quittent la harde pour mettre bas, généralement des jumeaux. Les jeunes faons ont une croissance très rapide et commencent à brouter dès l'âge de 3 semaines.

Pronghorn allaite faons 

 

Le pronghorn et l'homme :

A la fin du 18ème siècle, plus de 35 millions de pronghorns peuplaient encore les vastes prairies d'Amérique du Nord. Le développement de la colonisation européenne, l'usage intensif des armes à feu et l'extension des activités agricoles au détriment de leur habitat ont dramatiquement réduit les populations. Au milieu des années vingt, il ne restait plus guère que 20 000 pronghorns. Des mesures d'urgence ont alors été prises pour éviter l'extinction de ces animaux. Aujourd'hui, leur population est remontée à plus de 450 000 et la chasse en est réglementée, le quota annuel étant limité à 40 000 bêtes.

 Pronghorn, harde, enclos

 

Protection :

La chasse a failli faire disparaître les pronghorns : de 35 millions au début du siècle dernier, ils n'étaient plus que 20 000 dans les années 1920. Depuis cette époque, les mesures de protection ont permis de ramener cette population à 450 000, mais certaines sous espèces demeurent menacées. Actuellement, on compte environ 500 000 individus au Canada et aux États-Unis. Le pronghorn est aujourd'hui victime de collisions avec les automobiles et de la disparition de son habitat naturel.

 

Répartition :

Répandu dans tout l'ouest de l'Amérique du Nord.

Pronghorns harde 

DIMENSIONS

REPRODUCTION

MODE DE VIE

Longueur : Tête et corps, 100-150 cm ; queue, 7,5-18 cm.

Maturité sexuelle : 15 mois chez les 2 sexes, mais le mâle s’accouple rarement avant 5 ans.

Mœurs : En hardes, sur un vaste territoire.

Hauteur : 80-104 cm.

Accouplements : Mars-octobre.

Régime : Herbes, buissons.

Poids : 35-70kg.

Gestation : 252 jours.

Longévité : Jusqu’à 9-10 à l’état sauvage ; jusqu’à 12 ans en captivité.

 

Portée : Généralement 2 jeunes, parfois 3.

 

 

 

==> Revenir à Les antilocapridés

===> Aller à Les mammifères

 

 

Date de dernière mise à jour : 22/06/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×